Article 5 : Le Parfum à la Cour

Le 17ème siècle est une époque où le parfum prend toute son importance en occident. Dominant à la Cour sous le règne de Louis XIV, le parfum était étroitement associé au cuir, accompagnant tous les articles tels que les gants, les ceintures, les chaussures, ainsi que les perruques et les mouchoirs. Le parfum était indispensable non seulement aux femmes, mais aussi aux hommes de la haute société. Les parfums les plus prisés à l'époque étaient les parfums fleuris. Le jasmin et la tubéreuse étaient les préférés des femmes, tandis que d'autres matières premières comme le musc, le patchouli, le vétiver et le bois de santal faisaient le bonheur des parfumeurs et de la Cour royale française.



Les pratiques de parfumage à la Cour Royale


Contrairement au prestige et à la royauté qu'il incarne, Versailles est souvent décrit comme un lieu sale dans les livres de l'époque. Le parfum était alors utilisé comme un moyen de masquer les odeurs corporelles et d'embaumer l'air de la Cour.

En effet, depuis la grande peste noire de 1348, la croyance générale selon laquelle l'eau affaiblit le corps en dilatant les pores de l'épiderme le rendant ainsi plus susceptible d'absorber les micro-organismes, a conduit la peur de l'eau à se généraliser au sein de la société française. Même le Roi Soleil Louis XIV évitait l'eau dans son processus de purification, la remplaçant par de l'alcool de vin. En conséquence, les parfums et les senteurs aromatiques étaient employés pour masquer les odeurs et purifier l'intérieur du corps en le protégeant de l'air pollué. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle qu'apparaissent les bonnes pratiques d'hygiène.


Associant le nom de la famille Binet, patronyme du chef perruquier du roi Louis XIV, au nom "Papillon" dix ans après sa création, la marque BINET-PAPILLON perpétue aujourd'hui le grand savoir-faire de la parfumerie française en hommage au petit-fils de Benoit Binet : Sylvestre Binet, parfumeur installé rue des Petits-Champs à Paris au XVIIIe siècle.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés